APPEL AU DON !

TOUS nos projets sont GRATUITS et sans publicité.

Nous servons des millions de téléchargements par mois... Maintenant ! Imaginez que vous gagnez des récompenses continues pour chaque conférence et audio du coran, etc.

En plus de nous aider à couvrir nos frais de fonctionnement et nos projets futurs !

image de menk mufti

"Je pense vraiment que c'est l'une des plus grandes causes que l'on puisse soutenir"

Plus d'informations et d'options

102 At-Takathur

Récitant: Abdullah Khulaifi

Sourate:

Taille du fichier: 0,32 Mo

A propos d'Abdullah Khulaifi

Partagez cette pagePartager la page

Pays: Arabie Saoudite

Cheikh Abdullah bin Mohammed bin Abdullah Hurafi (qu'Allah lui fasse miséricorde) est l'imam et khateeb (celui qui a consacré la khutbah) du temple islamique. Il est né à al-Bukairiya en 1333H et a grandi dans une maison pleine de connaissances et de bruit. Son père était le chef de la ville, un grand savant et juge.

Lorsque le Coran a été rappelé, le cheikh Abdullah Khulaifi avait moins de 15 ans. Il a été l'assistant de son père dans une mosquée à Abu Koiliya et a commencé comme Aam, puis a déménagé à la mosquée Namra dans la même ville, où sa réputation est devenue célèbre parmi les enfants qui voulaient le prier.

Certaines personnes proches du défunt roi Faisal bin bind Abdul Aziz (qu'Allah lui fasse miséricorde) ont mentionné que le roi a ordonné à Sheikh Kulafi Khulaifi) est venu le trouver afin qu'il puisse prier avec lui et faire de lui son aimant spécial à Taif . C'était au début des années 1360 (Hégire). Il a continué à servir en tant qu'imam dans le palais pendant deux ans, puis en 1365H, le roi Fayçal (qu'Allah ait pitié de son âme) lui ordonna d'être l'Imam et le khateeb de Masjidul Haraam. Ce sont les dix derniers jours du Ramadan tard dans la nuit, après que l'imam, Salaatul Tahajjud (Salaatul Tahajjud) a joué pour la première fois à l'assemblée de la chapelle (Masjidul Haraam). Cela a continué jusqu'à sa mort en 1414H.

A propos de ses dernières heures, son fils Abdur-Rahman bin Abdullah al-Khulaifi nous a dit: «Nous sommes arrivés dans la banlieue al-Radf de Ta'if le lundi 28, 1414H, après salaatul Asr. Mon père avait l'air très bien. C'était normal, mais il ne se plaignait pas que j'étais malade et que je n'avais aucun symptôme. Il m'a envoyé sur un marché voisin pour acheter des fournitures. Quand je suis revenu, je l'ai trouvé très nerveux et stressé. Le médecin, mais il a refusé, et demandez-moi de lui mettre un matelas pour qu'il puisse se reposer. Il s'est reposé pendant environ une demi-heure, puis je lui ai demandé de rentrer à la maison avec moi, et il a accepté. Il s'est levé, a agi comme une sorcière, puis s'est assis dans la voiture avec moi. Lorsque nous sommes rentrés chez nous, la tension et la pression sont revenues et elle a vomi plusieurs fois. Lorsque cela s'est produit, il a semblé beaucoup manquer sa prière / dictée quotidienne, et sa voix était très faible. Soudain, il a arrêté de parler, sa respiration est devenue superficielle, sa poitrine a commencé à vibrer et ses yeux étaient fixes, alors je l'ai emmené à l'hôpital du roi Faisal à Taif, et le médecin m'a dit qu'il était à Mag avant d'arriver à l'hôpital. . Maghrib Adhaan est décédé plus tôt dans une voiture. C'est alors qu'il préparait la prière avec la congrégation de Masjidul Haraam.

Il a ajouté: «À 14 h 14, le lendemain, mardi 14 h 14, ses prières funéraires ont été exécutées à la porte ka après Saratel Asr de Masjidul Haraam. Bah, le lieu où il a conduit les gens à prier pendant près de cinquante ans. Il a été enterré dans le cimetière d'al-Adl, et des prières funéraires ont été exécutées pour ceux qui n'ont pas pu faire la première prière à Masjidul Haraam. On s'en souvient encore frais, surtout pendant le Ramadan, surtout quand on écoute le Coran (Allahhu noorus-samaawaati wal ard), que Saratto Maghreb récite souvent en Terre Sainte. Puisse Allah Ta'aala avoir pitié de lui avec sa grande miséricorde.